Araceli Lopez-Martens

Araceli Lopez-Martens
Physicienne nucléaire

Après une licence de Physique et de Russe à l’Université du Sussex (Royaume-Uni), Araceli Lopez-Martens a fait une première année d’études doctorales en préparant le DEA « Champs Particules Matière » à l’Université Paris Sud puis un doctorat en physique nucléaire au CSNSM sur l'étude des phénomènes de haut spin et en particulier sur la superdéformation nucléaire. Après un contrat postdoctoral à l'Institut Niels Bohr de Copenhague (Danemark), Araceli a débuté sa carrière au CNRS au IReS (désormais IPHC) de Strasbourg et travaillé sur les manifestations du chaos dans les noyaux avec le détecteur européen de rayons gamma Euroball. Après le démantèlement d'Euroball en 2003 et de retour au CSNSM, elle a développé des algorithmes de « tracking » gamma pour l'Advanced GAmma-ray Tracking Array (AGATA) et s'est intéressée à la structure et à la dynamique des noyaux superlourds, qu'elle étudie maintenant principalement au Laboratoire Flerov des Réactions Nucléaires (Russie), mais aussi à l'Université de Jyväskylä (Finlande) et bientôt au GANIL auprès du Super Séparateur Spectromètre (S3). Araceli est actuellement directrice de recherche au CNRS au Laboratoire de Physique des 2 Infinis Irène Joliot Curie d’Orsay.

Partager :
#TIMEWORLD2022